Myome utérin : tout savoir sur cette pathologie

Saignements abondants, douleurs pelviennes, constipation, mictions fréquentes ? Vous pouvez avoir un ou plusieurs myomes utérins. Ce sont des tumeurs bénignes qui se développent dans la paroi de l'utérus.

Myomes utérins : de quoi s'agit-il ?

Les myomes utérins, également appelés fibromes, sont des tumeurs bénignes qui se forment dans le myomètre et le tissu utérin. Elles sont la conséquence d'une prolifération de cellules musculaires à partir de la paroi de l'utérus. Leur taille, quant à elle, peut varier de celle d'un petit pois à celle d'un pamplemousse, voire plus. Les fibromes peuvent être isolés ou multiples.

"C'est une tumeur non cancéreuse fréquente chez les femmes en âge de procréer" explique Hélène Jacquemin Le Vern, gynécologue. Les myomes touchent de nombreuses femmes entre 30 et 45 ans. Ils peuvent grossir, mais il ne faut pas les confondre avec les Cancer du col de l'utérus, car ils ne dégénèrent pas en cellules cancéreuses.

Au début de leur développement, ils passent inaperçus, car ils ne provoquent parfois aucun symptôme. Mais à mesure qu'ils grandissent, les signes de plus en plus gênants de leur présence apparaissent. Les raisons de l'apparition des myomes ou des fibromes restent jusqu'à présent inconnues. Certains médecins pensent cependant qu'il peut y avoir des prédispositions héréditaires.

Les trois types de myomes utérins et leur impact sur la grossesse

Il n'y en a pas un, mais trois types de fibromes utérins. Ils sont différents selon l'endroit où ils se trouvent. Ils n'ont donc pas le même impact sur la grossesse.

  • Myomes intramuraux :

"Ce sont ceux qui se forment dans la couche musculaire de la paroi de l'utérus, qu'on appelle aussi myomètre", indique le spécialiste. Cela peut provoquer un utérus élargi, des douleurs pelviennes et des saignements abondants. Ils n'interfèrent pas nécessairement avec la fertilité et sont les plus courants.

  • Myomes subsérieux :

Ils poussent vers l'extérieur de l'utérus auquel ils peuvent être attachés par un pédicule. Rassurez-vous, celui-ci ne s'embarrasse pas non plus de concevoir des enfants.

  • Myomes sous-muqueux :

Ces fibromes se forment sous la muqueuse de l'utérus. "Ce sont les plus rares et peuvent gêner l'implantation de l'embryon", explique-t-elle. Mais une opération par le vagin peut le réséquer.

Dans tous les cas, vous devrez être suivi de près par un spécialiste tout au long de votre grossesse si vous avez un myome, et même dans les mois qui suivent.

Quels sont les symptômes des myomes utérins ?

Dans certains cas, les femmes atteintes de fibromes utérins ne présentent aucun symptôme. Leur gynécologue découvre la tumeur lors d'un examen de routine ou lors d'une échographie dans le cadre d'un début de grossesse. Si le diagnostic est incertain, les médecins peuvent passer une sonde à ultrasons à travers le vagin jusqu'à l'utérus pour obtenir une image claire. Ils peuvent également passer une IRM.

Mais si la tumeur est un peu plus grosse, il peut y avoir symptômes du myome, comme « des règles très abondantes, plus longues, et des contractions douloureuses », énumère le médecin. Certaines femmes rapportent également des saignements hors règles, une sensation de lourdeur dans le petit bassin, des envies fréquentes d'uriner, des hémorroïdes et de la constipation. D'autres ressentent de la douleur pendant les rapports sexuels.

Traitements des myomes utérins

Si les fibromes utérins sont asymptomatiques, les médecins préfèrent ne pas les toucher. Ils n'interviennent que s'ils deviennent gênants et donc sujets aux symptômes. Dans ce cas, le traitements du myome sont multiples et varient selon les symptômes ressentis.

Pour réduire les règles abondantes, le gynécologue peut prescrire une contraception progestative (pilule ou stérilet). L'expert peut également prescrire des anti-hémorragiques, des analgésiques et des anti-inflammatoires. Si le myome est trop gros, il faudra potentiellement procéder à une ablation chirurgicale : "Une femme peut tout à fait avoir des enfants après cette intervention", rassure le gynécologue.

D'autre part, si taille des fibromes est particulièrement volumineux, il peut être nécessaire de retirer tout l'utérus. Aucune grossesse ne sera possible après cela. Si le myome fait saillie à l'intérieur du vagin, il peut être retiré par voie endovaginale.

Pour éviter que les myomes ne grossissent trop, une ménopause précoce peut être envisagée par injection d'hormones – l'inconvénient étant que les effets de la ménopause s'imposent également.

Myomes utérins : quelles évolutions ?

Vous êtes conscient que tout ce qui n'est pas traité peut devenir l'objet de complications. Cette règle vaut également pour myomes et fibromes utérins. Mais les conséquences ne sont pas les mêmes selon les cas. C'est pour ces raisons qu'il est difficile de les prévenir à l'avance. Mais en général, un myome symptomatique non traité peut entraîner une anémie (due à des saignements abondants), une compression de la vessie, du rectum et des nerfs pelviens.

Myome et fertilité peuvent également être liés. En effet, même si la grande majorité des femmes connaissent des grossesses normales, "un gros fibrome peut réduire la fertilité en bloquant les trompes de Fallope ou en empêchant l'implantation de l'embryon", indique le gynécologue.

La cause de l'apparition des myomes utérins n'étant pas encore entièrement déterminée, il est difficile de donner des conseils pour les éviter. Il semblerait qu'elles touchent davantage les femmes en surpoids et n'ayant pas d'activité physique régulière. Mais rien n'a encore été prouvé.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here